Isfjord d'Ilulissat ...

A 2 kms au Sud d'Ilulissat, depuis les collines de Sermermiut, le panorama sur le fjord de glace est absolument époustouflant.
Devant nos yeux ébahis et sous un soleil éclatant, s'étend l'immense langue glaciaire du
Sermek Kujatdleq. Ce glacier, issu de l'inlandsis tout proche, est le plus grand producteur de glace de tout l'hémisphère Nord ; les chiffres font frémir : 6.25 milliards de mètres cubes d'icebergs par an, soit une quantité d'eau douce équivalente à la consommation annuelle Française.

Le glacier avance d'environ 20 à 30 mètres par jour et au contact des hauts fonds de l'embouchure de la Baie, la langue glaciaire se brise ... en colossaux icebergs. Certains atteignent la hauteur de 50 mètres au dessus du niveau de l'eau, quant à la partie immergée, elle s'enfonce parfois jusqu'à 350 mètres dans les profondeurs de la mer !

Non seulement la vue est extraordinaire mais en plus la glace s'exprime par des bruits, "elle chante" disent poétiquement les Inuits. Craquements, détonations ... et parfois c'est un pan entier d'iceberg qui s'effondre dans un fracas assourdi par la mer.


Vraiment inoubliable cette excursion au milieu des icebergs dans l'embouchure du fjord de glace Kangia. Certainement les plus intenses souvenirs du voyage. Des instants magiques !
Le petit bateau sur lequel nous avons pris place se fraye difficilement une voie dans cette mer encombrée de glace; des millions de glaçons scintillent comme des paillettes sous les rayons de ce généreux soleil. Le long de la coque du bateau, la glace bruisse et parfois un bloc, un peu plus gros, provoque une secousse.

 

Quelques mouettes perchées sur un iceberg, dérangées par notre passage, s'envolent doucement de leur promontoire.
Là, ce sont des pêcheurs que nous croisons, retirant leurs lignes : flétans sur flétans, qu'est-ce que ça mord, par ici !
Le spectacle est fascinant ... on manque de superlatifs pour décrire une telle beauté ! Des dizaines d'icebergs grandioses sont autour de nous ... et puis il y a ses nuances de bleu, ces reflets qui dansent sur les eaux sombres, ces marbrures et toutes ces formes. La langue groenlandaise est riche de mots pour différencier ces montagnes de glace : les arrondis, lisses avec leur reflets cuivrés sont des
ilulissat; les tourmentés, hérissés de pics et fissurés sont des manitsoq .
On voudrait évoquer une ressemblance ... humaine ? animale ? A quoi bon ! La contemplation envoûtante de ces sculptures naturelles nous enchante et nous suffit. Quelle Artiste la Nature !

Pour conclure, disons tout simplement, ce spectacle naturel est FABULEUX et vaut à lui seul le voyage.

Dommage que le Groenland soit si loin ...

 

retour sommaire

Des icebergs, encore et encore .... suite