SAINT-PETERSBOURG : La laure de la Sainte-Trinité-Alexandre-Nevski

Nous sommes tout au bout de la Perspective Nevski où précisément est situé un monastère qui porte lui aussi le nom d'Alexandre Nevski. Un homme important pour les pétersbourgeois puisque ce serait ce grand prince de Novgorod qui aurait vaincu ici les Suédois, c'était en 1240.

Une "laure" ? (Lavra en russe) est une appellation qui résonne comme un prénom et qui personnellement m'est famillié, c'est celui de ma fille aînée ... bon, je m'éloigne du sujet !
Dans la religion orthodoxe une "laure" est un titre qui désigne les établissements monastiques qui sont à la fois résidence des métropolites et sièges d'académies ecclésiastiques.

La visite ... Après avoir passé un petit pont qui surplombe un canal gelé et couvert de neige on pénètre dans l'enceinte du monastère (1710, architecte Trezzini) ; un lieu de recueillement et de culte qui ne comprend pas moins de onze églises et quatre cimetières.

 

 

Sur un tapis de neige blanche et un fond de ciel uniformément gris (je commence à m'y faire ...) les teintes des églises et des bâtiments donnent un peu de couleur à la vue : des bulbes dorés, des dômes rouge, d'autres ocre, c'est la teinte dominante et c'est aussi celle de la cathédrale de la Sainte Trinité située au centre de l'ensemble monastique.

De nombreux fidèles se dirigent, en cette matinée, vers l'entrée de la cathédrale où se déroule un office.

Cathedrale de la Sainte Trinité

 

 

 

A mon tour de pénétrer à l'intérieur de l'église pour y trouver une peu de chaleur proprement dite... et surtout beaucoup de chaleur humaine.
Même si la décoration des voûtes et des plafonds est superbe, c'est principalement l'observation des fidèles qui attire mon regard.
Au début on scrute avec un peu d'ironie le désordre qui règne ici, une foule hétéroclite qui va et vient à chaque coins de la cathédrale. Il y a là, des babouchkas foulard sur la tête, des jeunes filles en jeans et bottes à talons, des familles avec enfants et bébés ... les uns s'agenouillent devant les icônes et font des signes de croix rapides et répétitifs, d'autres font la queue pour acheter des cierges au fond de l'église ou encore quelques-uns se confessent auprès de prêtres près des autels. Enfin, certains écoutent les prières du prêtre qui officie en ce moment ... c'est ainsi l'ambiance des églises russes, un peu surprenante.

Mais il y a aussi ces senteurs de cierges dont les flammes vacillent un peu partout et cette belle harmonie des chants orthodoxes qui résonnent dans toute la cathédrale ... la beauté de ce choeur aux voix graves à quelque chose de fascinant et accompagne si bien ces moments de recueillement.
Peu à peu, je ne vois plus les incessants déplacements des fidèles ni même n'entends la chorale ... mon regard attentif se concentre sur tous ces visages aux yeux brillants, perdues dans leurs pensées.
Devant moi, se trouve une femme sans âge, son visage a les traits figés et son regard fixe exprime un profond recueillement, je l'observe avec discrétion et respect ... A qui pense-t-elle en ce moment ? Certainement à quelques disparus chers à son coeur ...
L'observation d'une telle ferveur s'avère communicative ... et voilà qu'à mon tour des pensées émues traversent mon esprit, elles évoquent ma mère, disparue trop tôt, il y a de cela quelques années ....

 

 

En sortant de la cathédrale, l'air frais me ramène rapidement à la réalité du voyage ....
L'ensemble monastique comprend
quatre cimetières ; juste devant l'église, je fais quelques pas dans les allées enneigées entre les tombes du cimetière principal.
Mais le cimetière qui évoque le plus de souvenirs au visiteur est celui qui est situé près de l'entrée du monastère, c'est une véritable nécropole d'artistes. Dans le
cimetière Notre-Dame-de-Tikhvine, au grès des allées, on chemine entre les sépultures d'écrivains, Dostoïevski y repose par exemple mais aussi il y a les tombes de nombreux compositeurs russes de la région comme Moussorgski, Borodine, Rimski-Korsakov ou Tchaïkowski ...

  

 

retour sommaire St-Pétersbourg

Vers la Perspective Nevski