A LA PÊCHE A L'OMOUL : A la ligne ou au filet ?

Pêche à la ligne


C'est un peu le poisson vedette du Baïkal, l'omoul est en effet l'espèce la plus pêchée dans le lac. On peut essayer de le taquiner à l'aide d'une ligne comme le fait ce pêcheur. On lance l'hameçon muni d'un simple leurre et d'un gros bouchon orange fluo et on attend ... parfois très longtemps !
J'ai bien sûr voulu essayer. Nicolaï m'a gentiment prêté sa ligne. Plusieurs tentatives en différents lieux et qu'une seule touche au total ... et aucune prise ! On ne s'improvise pas si facilement pêcheur du Baïkal.

Et puis j'avoue avoir été un peu découragé par le butin de notre capitaine et de son acolyte. Eux, c'est à l'aide de filets qu'ils pêchaient. Des filets posés le soir (aux bons endroits, bien entendu !) et des dizaines de poissons retrouvés pris dans les mailles au petit matin. Des omouls mais aussi des ombres.

 

Et un de plus !Omouls et ombres ...


Le temps de les vider, sans les écailler, les omouls sont placés dans des bidons avec du sel. Quelques jours après, à nous de les déguster, l'aspect est un peu surprenant de prime abord mais une fine saveur en bouche a vite fait de séduire le palais.

Les pêcheurs du Baïkal ont plusieurs manières de conserver et de préparer les omouls, soit avec de la saumure ou alors en les faisant sécher au vent et au froid.
Mais la spécialité la plus appréciée est sans aucun doute l'
omoul fumé. Il faut reconnaître que cette chair à la jolie teinte ambrée et à la texture fondante s'avère délicieuse.
Les villageois en raffolent et en mangent à toutes heures autour des petits marchés, des bouchées d'omoul fumé avalées entre deux gorgées de vodka, comme il se doit !

 

 

Omouls fumésSur le marché de ListviankaSéchage à l'air

 

Photo : Ch. Pont

Une drôle de prise dans le filet !
Au milieu des poissons, pris dans les mailles, apparaît un morceau de branche couvert d'une étrange mousse à la couleur vert- fluo ... un banal débris ? Pas tout à fait, Nicolaï tient absolument à nous le montrer.
Il s'agit là d'une éponge originale appelée "goubi" que l'on rencontre dans les profondeurs du lac. Son existence remonte au tertiaire et cette espèce n'a subsisté sur la planète que dans les eaux du Baïkal. Avec d'autres éléments de la flore endémique du lac ces éponges participent à la filtration des eaux du lac et en assurent leur légendaire pureté.

retour sommaire

Les  Îes Ouchkany