LE VILLAGE DE Å : le Sud de ces îles du Nord !

Village de Å

Quel drôle de nom pour une localité, difficile de faire plus court, ça ressemble à une exclamation : Å, tout simplement !
Quelques maisons, un hameau plus qu'un vrai village, c'est le terminus de la route qui traverse les Lofoten du Nord au Sud.

Nous sommes à l'extrémité sud de l'archipel ... enfin pas exactement puisque encore plus au sud, les îles de Værøy et Røst font aussi partie des Lofoten.
Mais pour atteindre ces îlots rocheux, peuplés de quelques 2.5 millions d'oiseaux et accessoirement de moins de 1500 habitants, il faut obligatoirement emprunter la voie maritime ... ou celle des airs, à la manière des oiseaux qui y nichent !

 

Lac de  ÅA Å ... (à prononcer à la norvégienne, c'est à dire "o" , ainsi mon début de phrase devient moins bizarre !) ; donc à Å, le décor vaut la peine que l'on s'y promène en prenant de la hauteur pour admirer d'abord un joli lac.

Les brumes matinales commencent à se disloquer laissant filtrer les rayons du soleil qui rehaussent ainsi les tons verts des montagnes, superbe.
Mais randonner sur ces collines nécessite que l'on regarde aussi où l'on met les pieds. Le sol est humide voire spongieux et souvent transformé en
tourbières ... splashh !
Tout autour, de petites fleurs jaunes et quelques boules cotonneuses de linaigrettes vacillent sous l'effet du vent, l'herbe aussi, ondule comme des vagues végétales.

 

 Au loin, l'île de Værøy

C'est un peu plus loin, en avançant vers les falaises que l'on aperçoit la pointe, le cap sud de l'île. Et dans son prolongement on devine, couronné de nuages la petite île de Værøy.
Ici, sur cet éperon rocheux qui domine la mer, le vent par moment redouble de vigueur rafraîchissant l'air doux de ce matin de juillet. Des rafales qui agitent les branches des arbustes mais qui ne semblent pas troubler la mer.

Une mer étonnament calme ... Difficile d'imaginer en regardant ce panorama paisible que ce détroit est réputé pour sa dangerosité. Le fameux maelström et ses terribles tourbillons, vous connaissez ? C'est ici qu'il se trouve, à seulement quelques encablures et on le nomme le Moskenesstraumen.
C'est lui qui a inspiré de nombreux auteurs de Edgar Allan Poe à Jules Verne qui dans son célèbre
"Vingt mille Lieux sous les mers" situe ici la fin tragique du Nautilus du capitaine Nemo :
" On sait qu'au moment du flux, les eaux resserrées entre les îles Féroë et Loffoden sont précipipitées avec une irrésistible violence. Elles forment un tourbillon dont aucun navire n'a jamais pu sortir. De tous les points de l'horizon accourrent des lames monstrueuses. Elles forment ce gouffre justement appelé le "Nombril de l'Océan" dont la puissance d'attraction s'étend jusqu'à une distance de quinze kilomètres. Là sont aspirés non seulement les navires, mais les baleines, mais aussi les ours blancs des régions boréales".
Ah ! l'imagination légendaire des écrivains ... car l'on sait aussi que Jules Verne n'avait jamais navigué près des Lofoten.

 

 Port de Å

Mais que font les quelques habitants de Å ? Comme tous ceux des villages des côtes des Lofoten, ils ont toujours pêché la morue et la préparent en la faisant sécher à l'air libre.
Cependant de nos jours et surtout en été ils ont d'autres occupations : acceuillir les touristes, les caps ont toujours attiré les curieux.
Les anciennes cabanes des pêcheurs servent de logement aux estivants ou sont utilisées comme musées.
Prés du port, il y a le
Musée des villages de pêcheurs avec ses 14 bâtiments en bois peint datant d'environ 150 ans (fabrication d'huile de foie de morue ... bah !, boulangerie, maison de pêcheurs ....)
Mais le plus intéressant à mon avis est le Musée du Stockfish qui donne sur une petite crique, on y apprend tout sur la préparation de la traditionnelle morue séchée des Lofoten (
voir encadré et la page qui lui est consacrée)

Steinar Larsen


Il s'appelle Steinar Larsen et c'est un vrai spécialiste du stockfish. D'ailleurs, il tient à Å le "Musée du poisson séché".
Et ce jovial barbu qui s'exprime aussi en français affirme haut et fort :
"C'est grâce au climat unique des Lofoten avec sa subtile alternance de vent, de soleil, de pluies et de froid, que l'on obtient cette qualité inégalable de morue séchée".

Comme il est sympa, on veut bien le croire et dans son très instructif musée on découvre l'univers du stockfish.
Suivez moi pour la visite, un clic
ici pour y pénétrer.

Village de Reine

retour sommaire