NUSFJORD : et c'est parti pour la pêche


Nusfjord

Tout au bout d'une petite route, niché au fond d'un fjord étroit, le village de Nusfjord. Sans doute le plus pittoresque port de pêche de l'île de Flakstadøy.
Ce minuscule village de pêcheurs a bénéficié de crédits, en 1975, à l'occasion de l'Année Européenne de protection architecturale. Résultat, les rorbuer et les bâtiments du village ont été joliment rénovés et l'ensemble de ce superbe site est maintenant
classé par l'Unesco.

Autre conséquence, Nusfjord est très visité l'été et semble presque transformé en village musée. Les petits parkings (chers) sont encombrés de voitures et souvent de cars ; à certaines heures les promeneurs défilent en nombre sur les planches des quais du port. On peut facilement imaginer que les estivants qui louent les coquets rorbuer du port n'apprécient pas vraiment la venue de tous ces admirateurs ...

 

Robu au bord du fjordLes quais de Nusfjord

Le Harald à quai

 

Accosté au quai, le "Harald" trône au milieu du petit port. C'est à son bord que nous embarquons pour une sortie au large, au programme une partie de pêche en mer.

L'été, les eaux de la région restent poissonneuses ; quelles sont les chances de prises au cours des deux heures prévues à taquiner le poisson ? : " Fifty, fifty ! " me dit en réponse à mon interrogation le souriant capitaine.

 

 

Mouliner, mouliner encore ..


A quelques encablures du fjord, le patron stoppe les moteurs du bateau, c'est ici que nous allons
poser nos lignes. 60 mètres de fil, déroulés à l'aide d'un volumineux moulinet, sont nécessaire pour atteindre le fond.
Le fil lesté est pourvu de 4 hameçons sans appât.

Maintenant il suffit de tirer régulièrement sur le fil par petits coups pour lui donner du mouvement et attendre une éventuelle prise.

La météo est parfaite, le soleil généreux mais les 18°C ambiants sont tout de même rafraîchis par un vent un peu frais ...


 

Retour vers le port de Nusfjord

Est-ce les vagues ou le courant mais il me semble sentir un peu d'agitation au bout du fil ?
Mouliner, mouliner encore et voilà une
belle prise d'environ 40 centimètres ! L'opération se reproduira encore à deux reprises mais avec des poissons de taille plus modeste. La quatrième fois, la traction est plus forte mais déception à la sortie de l'eau ... c'était un lourd paquet d'algues !

De retour au port me voilà maintenant vidant mes poissons sur la table dédiée à cet effet.
Quant au nom de ces poissons, j'avoue ne pas avoir bien compris ... en tout cas ce dont je me souviens très bien, c'est que cette chair ferme et blanche dégustée grillée le soir dans notre rorbu fut un
met délicieux ...


Et hop ! Le cartilage est broyé ..

Pendant que les touristes se promènent, certains travaillent !
En effet, dans un des hangars situé près du port des jeunes travaillent à la chaîne au milieu d'une odeur que vous pouvez peut-être imaginer.
Leur tâche ? Débarrasser les morues séchées de leurs cartilages de la mâchoire à l'aide de machines barbares munies de rouleaux qui happent et broient cette partie du stockfish.
Et hop ! à la suivante ...

Les plages ...

retour sommaire