CHIENS ESQUIMAUX : De robustes marathoniens des glaces

Un clic  sur l'image ...

 

Robustes, courageux et soumis, tels se révèleront les chiens esquimaux qui nous tractent.

De robustes animaux à poil touffu dont la queue se dresse en faucille. Cette race de chien esquimau canadien (canis familiaris borealis) arbore toutes les couleurs de fourrure des chiens de l'Arctique (groenlandais, huskies ou malamutes) ; de plus leur faculté d'adaptation aux rigeurs du climat est exceptionnelle.
Et quelle vitalité ! Imaginez le labeur, plus de 40 km parcourus chaque jour en tirant notre très lourd traîneau.
Des caresses et des récompenses à l'étape ? Non, non, juste en guise de repas un morceau de phoque souvent gelé (seulement tous les deux jours) et une nuit de repos à la belle étoile ... "polaire".

  

A droite !

Soumis, ils le sont, à leur maître. Jayko n'hésite pas à montrer et à faire claquer le fouet, histoire de confirmer que c'est lui le chef !
Cet après-midi, les chiens de tête, théoriquement les plus expérimentés ne veulent décidément pas suivre les indications de direction ... Qu'à cela ne tienne !
Jayko, à plusieurs reprises arrête le traîneau, se porte aux côtés des chiens, fouet à la main. Quelques grognements et voilà la meute vite repartie dans la bonne direction ... laissant à peine le temps à notre musher de se replacer sur le
qamotiq . Pourvu qu'au prochain arrêt tout l'équipage ne reparte pas sans son conducteur : on se trouverait alors dans une belle situation !

 

Repu ... un clic pour le grand format

Des chiens qui aboient ou hurlent au moment de dévorer leur morceau de phoque ... mais aussi tous les matins au moment de constituer l' attelage, après une nuit de repos, ces athlètes sont semble-t-il impatients de partir pour leur marathon quotidien. La dextérité est de mise pour les attacher, dans le bon odre et à la bonne place, sans emmêler les cordes, d'autant que quelques excités se font un malin plaisir à tirer et à se déplacer sans cesse !

Un fait amusant qui se reproduit à chaque départ : la course doit stimuler les besoins naturels des chiens ... mais malheur au retardataire dans ces circonstances, le reste de l'équipage n'attend pas ! La corde se tend précipitament et le pauvre bougre est tiré sans ménagement ... une glissade, quelques gémissements et le voilà revenu à sa place !

Givré

 

Et que dire du calvaire de ce chien blessé par un choc contre le traîneau ? Courageux, il terminera l'étape sur trois pattes. Le lendemain, il ne sera pas attelé, boitant, sautillant, tentant de suivre la troupe mais disparaissant progressivement de notre vue. Et nos accompagnateurs inuit de nous confier : " il regagnera le village en suivant les traces, peut-être dans deux jours ... ou jamais !".
Le monde arctique est sans pitié pour les plus faibles.

 

 

 

Les Inuit m'aimeraient-ils pas leurs chiens ?
Si, si, même si le traîneau à chiens est quelque peu délaissé de nos jours au profit des motoneiges (bien plus pratiques pour tracter les traîneaux !), les Autorités du Nunavut ont désigné le chien esquimau canadien, leur cher
quimmiq , comme "l'animal officiel" du territoire.
Ce compagnon fidèle des Inuit depuis bien des générations obtient là une juste reconnaissance.

 

 

Fjord Clyde Inlet

retour sommaire