INFOS PRATIQUES : NUNAVUT

-Y aller :

Avion de First  Air sur la piste de Clyde River

Seul l'avion dessert le Nunavut. Les vols pour Iqaluit, la capitale, sont quotidiens depuis Ottawa (durée de vol : 3 h).
Pour atteindre les communautés dispersées sur le territoire, là encore, l'avion. Mais les vols sont moins réguliers (ex : Clyde, 4 vols/semaine).
A noter qu'il n'y a aucune route sous ces latitudes !
First Air est la principale compagnie aérienne de la région. Les petits aéroports n'étant pas équipés pour les atterrissages par temps de brouillard, certains
vols intérieurs peuvent être annulés en cas de mauvaises conditions météorologiques.
Les prix ? Chers ! A titre d'exemple : Paris -> Ottawa -> Iqaluit : 986 + (taxes 140 )
Paris -> Ottawa -> Iqaluit -> Clyde River : 1579 + (taxes 177 ) Prix A/R en Euro Tarifs été 2005


-
Y séjourner :

L'auberge de Clyde River

De l'hôtel confortable (à Iqaluit) aux abris en bois ou sous la tente en pleine nature ...
Dans les communautés isolées, possibilité de loger
chez l'habitant ou dans l'auberge du village. Exemple, celle de Clyde River (photo) tenue par la sympathique Jane Perry :
6 chambres doubles et une vue imprenable sur la mer ... gelée huit mois de l'année.
Mieux vaut retenir à l'avance.
Pour les activités (traîneau, pêche, trekking, bateau l'été ...), la liste des
pourvoyeurs locaux est disponible sur le site Destination Nunavut.
Plus simple et finalement à conseiller, passer par une
agence spécialisée comme Grand Nord à Paris (site GNGL)


-
A voir :

Le fjord  Clyde inlet

Des paysages grandioses : montagnes, fjords, îles, toundra, banquise ... une nature de commencement du monde !
Des oiseaux et des
animaux : ours polaires, caribous, phoques, baleines, narvals ... sans oublier la rencontre avec les traditions et la culture inuit.
Bien sûr, il ne s'agit pas d'une réserve et l'observation des animaux dans leur immense milieu naturel nécessite patience ... et chance !
Par ailleurs, les nunavois des années 2000 ne vivent plus en nomades comme leurs ancêtres esquimaux mais ils apprécient toujours les activités traditionnelles de chasse et de pêche.
Le parc national de
Auyuittuq ( "là où la neige ne fond pas") dans le sud de l'île de Baffin, le Quttinirpaaq sur l'île d'Ellesmere au nord, le sanctuaire ornithologique de l'île de Bylot ...
Pour les amateurs d'Art Inuit, la communauté de Cape Dorset et ses sculpteurs de renom international.


-
A faire :

- en hiver (plutôt au printemps) : Vous ne serez pas étonné si je vous conseille le traîneau à chiens : le meilleur moyen de découvrir tranquillement les paysages de banquise en compagnie d'Inuit vous initiant à leurs traditions ancestrales, pêche au phoque, construction d'igloo ... une immersion dans le mode de vie esquimau.
Quant aux chiens de traîneaux, ce ne sont pas des animaux de compagnie, attention à leurs réactions et surtout ne pas leur proposer à manger, c'est l'affaire de leurs maîtres inuit.

La difficulté physique d'un raid en traîneaux ? Cela dépend du parcours ( ... et aussi de la météo !) ; sur une banquise plane : aucune difficulté, les chiens font facilement leur travail. Par contre, en terrain accidenté, il faut aider les chiens en tirant ou poussant le traîneau. Mais ce n'est pas très pénible.
Plus rapides, plus bruyants et plus "fun" pour certains, des
raids en motoneiges sont organisés partout au Nunavut.
Quelque soit la randonnée, il faut toujours être accompagné par des "locaux" qui connaissent le terrain ... car l'isolement est aussi extrême dans l'Arctique canadien.

- en été : Les possibilités d'activités estivales sont très nombreuses pour les amoureux de Grand nord : du trekking au kayak, en passant par l'observation des oiseaux et animaux de la toundra arctique ... sans oublier la flore, étonnamment présente pendant le court été. Amateurs de pêche, les rivières sont riches en ombles arctiques.


-
L'ours polaire :

Le Nunavut se présente comme le pays de l'ours, mais son observation reste aléatoire ... son territoire de vie est immense et la banquise, par endroit, est difficile d'accès. Cependant, avec de la chance, il est possible de le rencontrer ; le printemps étant, paraît-il, une des meilleurs périodes pour l'observer. A cette époque de l'année, les mères ourses chassent les phoques en compagnie de leurs oursons.

Voir l'ours, c'est un rêve pour la plupart des visiteurs ... mais pas de trop près !
Les autorités préviennent les randonneurs en donnant quelques conseils de
précaution dans un feuillet "La sécurité au pays des ours polaires" .
Lors des campements en pleine nature, il est prudent de ne pas placer de nourriture ou de déchets alimentaires à moins de 200 m de l'abri ou de la tente.
A savoir, les ours peuvent courir très vite (40 km/h !).
D'autre part, les accompagnateurs inuit, par précaution, sont toujours armés.


-
Se protéger du froid :

Avec ma tenue grand froid ...

Essentiel pour qu'un voyage dans ces régions ne se transforme pas en calvaire, car le refroidissement éolien peut parfois devenir terrible.
Les spécialistes conseillent le système des
trois couches : sous-vêtements (type capilène), polaire (chaude et légère, donc de qualité), parka respirante.
Les extrémités se refroidissent les plus rapidement : sous-gants, moufles, chaussettes en bouclette, cagoule en polaire et masque anti-froid, bonnet en polaire.
Comme chaussures : les bottes canadiennes (Sorel) ou les étonnamment chaudes et souples Moonboot (Tecnica).
Pas de trop grosses écharpes, elles sont incompatibles avec les cols montants des parkas.
En plus les organisateurs de raids vous fournissent une
4 ème couche "grand froid" et des surmoufles géantes. Ainsi couvert, on est bien protégé, même sans bouger (par - 20°) sur le traîneau ... de toute façon, avec un tel équipement il est difficile de se mouvoir !
La tenue traditionnelle inuit en peau de phoques est aussi très isolante mais elle a un plus : une odeur tenace caractéristique !
Au besoin, à utiliser en cas de refroidissement important, les sachets auto-chauffants que l'on place dans les bottes et les moufles.
Pour les lunettes, préférez les lunettes masque plus pratiques que les lunettes glacier qui se couvrent de buée et de givre.
Pour se protéger du soleil, une crème à fort pouvoir anti -uv, à garder dans ses poches, près du corps ... pour éviter qu'elle ne soit pâteuse ou même gelée !
Et la toilette ? Très succincte dans les abris, bien sûr on peut faire fondre de la neige ... mais plus simple et plus pratique, l'utilisation des lingettes ; à condition de prendre quelques précautions : placer les, la nuit, dans votre sac de couchage pour ne pas avoir la mauvaise surprise de les trouver gelées et inutilisables au réveil !
Ps : tous ces conseils s'entendent pour des températures aux alentours de - 20° (moyenne à Baffin en avril)


-
Photographier :

Clic ! Clac !

Plusieurs problèmes se posent pour la photo ou la vidéo par grand froid. D'abord le déchargement rapide des piles et batteries, seule solution lorsqu'on ne peut recharger régulièrement (c'est le cas lors des raids avec nuits dans les refuges), économiser et protéger son équipement du froid.
Comment ? Garder les batteries de rechange près du corps, dans les poches intérieures de ses habits et pendant les nuits, faites comme moi, placer les dans le sac de couchage, bien au chaud.
On peut aussi les envelopper dans des petits sacs en laine polaire.

Autre difficulté, la condensation due aux écarts de températures entre l'extérieur et l'intérieur des abris : l'humidité se dépose sur le matériel ... les objectifs s'embuent mais plus problématique, cela peut-être fatal aux mécanismes électroniques, prudence et encore protection !
Pour les prises de vue, vous l'imaginez, on rencontre d'autres problèmes : ôter les moufles, sortir l'appareil, viser ... s'il y a du vent, vos
yeux s'emplissent de larmes, difficile de parfaitement cadrer dans ces conditions ! D'autant plus que les doigts s'engourdissent rapidement par - 20°.


-
Météo :

Le Nunavut est la région la plus froide d'Amérique du Nord. L'hiver, les températures peuvent varier de -50° à -20° et en été, elles oscillent entre -10° et 25°, selon les régions. En avril, les températures moyennes varient autour de -20° avec souvent un beau soleil (voir page Climat).

Température en ce moment à Clyde River
Click for Clyde, Nunavut Forecast

 

Le décalage horaire est de 6 heures avec la France : lorsqu'il est 12 h sur la Terre de Baffin, il est 18 h en France.

 retour accueil

Liens