OMBRES ET LUMIERES : Magique !

Après une nuit au bout du fjord ... et du monde, nous repartons. Seule issue, remonter le Clyde Inlet en sens inverse.
Des paysages semblables, du déjà vu ? Assurément, mais avec un éclairage différent. Telle paroi nimbée d'ombres hier, s'avère colorée en beige-brun sous le soleil. De même, certains glaciers apparus austères et sombres scintillent maintenant sous la luminosité arctique.

un clic sur l'image ...

 

Quelle délicieuse après-midi ... A une allure d'environ 10-15 km/h, le traîneau progresse lentement nous laissant tout loisir pour admirer les paysages.
Allongé, bien calé et bercé par le bruit feutré des patins glissant sur cette poudreuse, je suis du regard notre ombre filant sur la neige ... et voilà que le sommeil me gagne, ô juste quelques secondes. Qui a dit que le traîneau n'était pas confortable ?

Heure de la sieste ? Moment de fatigue ? En tout cas, moment de songe.
Mais est-ce bien le moment de s'assoupir ? Un écart des chiens, un faux mouvement est vite arrivé, mieux vaut être vigilant.
Et surtout, le panorama vaut le coup d'oeil.

 

Une vision de mer : Mirage  ?

Contempler, toujours et encore, depuis cette petite colline qui domine le refuge de l'étape.
Un peu de buée sur mes lunettes et la vision devient floue :
de l'eau dans le fjord ? Un mirage ou l'ivresse du Grand Nord ?
Non, juste l'ombre de la montagne projetée sur la glace lui donnant cette couleur bleue ... comme les flots !

Une vision prémonitoire bien précoce car la navigation ne sera possible ici, qu'avec l'arrivée du dégel, à la mi-juillet.

 

 

un clic sur l'image

 

Clic !

Les jeux d'ombres et de lumières se poursuivent dans la soirée, place maintenant au phénomène d'irisation. Les montagnes nous faisant face se parent de teintes roses au coucher du soleil ...

Un prélude à l'aurore boréale ? Pas ce soir, mais lors de notre première soirée nous avons eu droit au spectacle de ces lumières féeriques.
Même si le mois d'avril n'est pas le plus propice à l'observation de ce surprenant phénomène, vers 23 h un voile lumineux est apparu dans le ciel étoilé. En néophyte, au commencement j'ai cru voir là un banal banc de brume ... qui s'est vite transformé en draperies ondulantes jaunes et vertes pendant près d'une heure.

Cette vision magique comblait un de mes souhaits ... en voyant l'étonnante luminosité du soleil de minuit en Norvège puis à Ilulissat au Groenland, j'avais rêvé assister un jour (ou plutôt une nuit) aux fascinantes lueurs des aurores boréales.
Ce soir-là le rêve était donc devenu réalité.

sable

retour accueil