OUGLITCH Le souvenir de Dimitri

Eglise St DimitriBulbesQuelle belle arrivée à Ouglitch ! Imaginez, après un long méandre de la Volga, on découvre, blottie au milieu d'un écrin de verdure, les bulbes bleus constellés d'étoiles de l'église St Dimitri puis les bulbes verts de la Cathédrale de la Transfiguration. Arrêtons-là le travelling, ensuite le panorama est moins idyllique avec un barrage et une centrale hydroélectrique.

Les murs peints en rouge de l'église St Dimitri évoque le sang versé en ces lieux en l'an 1591. Dans la nef une fresque relate le crime perpétré ici : celui du tsarévitch Dimitri, fils du turbulent Ivan le Terrible. A l'époque, on voulu cacher l'effroyable vérité, officiellement le pauvre enfant était mort d'une fatale crise d'épilepsie ! L'entourage du tsar exila les témoins gênants en Sibérie et même la cloche qui avait ameuté la foule fut du voyage ... Mais les faits étaient cruels : le petit Dimitri fut bien assassiné ... par un émissaire de Boris Godounov, le pouvoir fascine !

A l'intérieur de l'église, la visite permet d'admirer la plus ancienne îcone de l'iconostase, celle de la Vierge de Smolensk(XVIIe siècle) offerte par les Romanov. Et à côté de la célèbre cloche, posé sur le sol, le brancard utilisé pour transporter jusqu'à Moscou les reliques du tsarévitch. Dimitri fut canonisé et tous les ans, le 28 mai, a lieu à Ouglitch un pèlerinage, celui des orphelins de Russie. En pénétrant dans la petite église, chaque enfant n'oublie pas de frapper la maudite cloche ... en souvenir de Dimitri.

Une rue d'Ouglitch

En débarquant dans cette ville de 40 000 hbts on découvre très vite la réalité de la Russie profonde, dans les rues on ne voit que quelques Lada vieillissantes ... elles sont bien loin les grosses cylindrées croisées à Moscou ! Le manque d'entretien vous saute aux yeux : rues, trottoirs, maisons, édifices publiques auraient un grand besoin d'être entretenus ou rénovés, mais l'argent fait défaut, alors on bricole ... Avec des salaires mensuels souvent inférieurs à 50 Euros, tout le monde essaie de se débrouiller pour gagner sa vie ; et les touristes sont la bienvenue pour arrondir les fins de mois.

Ah il y en a des marchands de souvenirs pour toursistes à Ouglitch ! Dès le débarquement vous êtes attendus, une haie d'étals de souvenirs(balalaîkas miniatures, matriorchkas, couverts et boites en bois joliment peints ....) vous accompagne dans le parc jusqu'aux lieux de visites dans l'ancien Kremlin où sont rassemblées les églises.

Rencontre avec une Babouchka ...

 

Devant une isba verte, une brave Babouchka est assise sur un banc, en me voyant, elle se lève précipitament et rentre dans sa maison.
Lui aurai-je fait peur ?
Non, non, la voilà qui revient tout sourire un bouquet de fleurs blanches à la main ...
c'est une tradition en Russie, on propose aux visiteurs quelques fleurs dans l'espoir de gagner quelques roubles !

Un peu plus loin, sur la grande place de la Commune, ce sont quatre femmes qui chantent en coeur : en fait des professeurs qui l'été venu animent la rue pour les visiteurs afin d'arrondir leur salaire de misère ( environ 100 euros mensuels !).

 

Statue dédiée à la  Mère VolgaIle sur la Volga

Ouglitch quittée et la forêt reprend ses droits, à perte de vue, il n'y a plus maintenant que des étendues de conifères et de bouleaux. Par endroit, on longe quelques îles bordées de sable blond et couvertes de quelques arbres.
Les paysages paisibles des berges de la Volga défilent sous nos yeux.

Ce fleuve, le plus long d'Europe est la fierté des Russes, "l'âme" de ce peuple disent certains, aussi les autorités n'ont pas hésitée à ériger une monumentale statue, à l'entrée de l'écluse n°11, dédiée à la "Mère Volga".
Tout un symbole.

retour sommaire