PETERHOF* Un "Versailles" au bord de la Baltique

Château de Petehof

Au début de l'histoire il y a Pierre le Grand, toujours lui, et une modeste résidence où il venait régulièrement afin de surveiller les travaux de la forteresse militaire de Cronstadt. Séduit par ce lieu boisé au bord du golfe de Finlande, le voilà qui décide d'édifier ici, un palais majestueux, un parc immense, des bassins et des fontaines ... dans sa tête, c'est à Versailles qu'il songe.
Architectes, hydrauliciens sont convoqués, il y a là, l'architecte français Jean Baptiste Leblond et le sculpteur Rastrelli. Le projet ? Construire le "Château de Pierre"
afin de flatter son ego et la fierté russe.

En arrivant, ce matin, on est d'abord ébloui par l'imposante façade ocre du Grand Palais et que dire de la beauté des jardins et des fontaines.

Mais c'est surtout lors de la visite des intérieurs que l'émerveillement est à son comble. Un escalier d'honneur, des salles d'apparat toutes richement décorées, des stucs à profusion, des plafonds polychromes, des parquets marquetés et des murs tapissé d'or fin ... Peut-être le plus surprenant est l'harmonie des teintes pastels : du vert amande aux ocres jaunes en passant par des tons plus osés mauves ou rouges.
Depuis le Cabinet de travail de Pierre le Grand dont les murs sont couverts de boiseries finement sculptées, on peut profiter, comme devait le faire le tsar, d'une vue sur le
Grand Canal qui se jette dans la Baltique et sur l'ensemble du parc.

La grande Cascade Le Grand Canal Fontaines et statues

Samson  maîtrisant un lionLe parc, parlons-en, plus de 1000 ha ombragés et fleuris pour le plaisir de la balade. Mais ce qui attire les visiteurs, ce sont les cascades et les jets d'eau, à l'image de ce Samson maîtrisant la gueule d'un lion d'où jaillit un puissant jet qui s'élance à 20 m de haut.
Tout autour des bassins, des figurants en costumes d'époque posent avec les touristes pour des photos souvenirs (payantes) ; plus loin, ce sont des musiciens qui bercent les passants ... mais il faut voir leur habileté à flatter les touristes : un éclaireur s'avance pour connaître la nationalité du groupe, et comme par enchantement au passage des visiteurs, c'est un air de leur pays qui est joué. Au hit parade pour les français, la Marseillaise ... qui a le don d'irriter nos compatriotes !
On passe maintenant près de l'amusante fontaine de l'ombrelle ... qui arrose par intermittence les visiteurs, cris et fous rire garantis !

Des fontaines, il y en a 144 exactement dans le parc, reliées entre elles par 22 km de tuyaux. Un aménagement de canaux et un système d'adduction d'eau qui aura mobilisé dans les années 1715 prés de 5000 ouvriers chaque jour !

Fontaine au milieu du parcPalais et Grand Canal

 

En pensant à toute l'énergie fournit ici, à Peterhof pour l'aménagement du parc et le coût de ce somptueux palais, on peut se demander si la population de l'époque avait des conditions de vie suffisantes pour offrir tout ce travail pour la gloire de leur Tsar ... de toute façon, on s'en souciait peu à l'époque en Russie.
Remarquez, ne nous faisons pas trop d'illusions, il en était de même dans les autres pays d'Europe.

 

 

retour sommaire St-Pétersbourg
retour sommaire général

* PETRODVORETS