TSARSKOÏE SELO* Un palais de Tsarines

Palais Catherine

Un bleu intense, profond, unique ... c'est avant tout ce qui frappe lorsqu'on arrive devant la façade du palais de Tsarskoïe Selo. 300 mètres de façades, un alignement de colonnes blanches, des cariatides dorées(à l'origine avec des feuilles d'or), des toits argentés et ... ces fameux murs de couleur bleue. Sur la droite, le palais est dominé par les étonnants bulbes dorés de la chapelle. Il y a aussi le cadre, un environnement boisé et de splendides jardin "à l'anglaise".

Ce fleuron de l'architecture baroque russe a été inspiré par Catherine II "la Grande", à l'esprit, elle avait l'image de Versailles. Commande est faite en 1752, à son architecte favori, Bartolomeo Rastrelli de transformer l'ancien palais en un chef d'oeuvre surpassant le somptueux Château de Versailles.

Bulbes de la chapelleFaçade du palais

 

Appelé également le Palais Catherine, ce monument devrait plutôt être dénommé le Palais des"Catherine" , puisque le premier édifice ici, à Tsarskoïe Selo, on le doit à Catherine Ière, la veuve de Pierre le Grand.

De constructions en modifications et en rénovations ce Palais de Tsarines a beaucoup évolué au cours des siècles ... pour en rester à l'architecture de Rastrelli.

 

 

Cariatides dorées à l'origine à la feuille d'or.Palais et jardins.

Vous vous attendez à ce que j'évoque ici, le célèbre Salon d'Ambre ... bien sûr, j'y viens, mais il me sera difficile de parler de l'impression que l'on éprouve en découvrant cette pièce unique au monde.
Tsarskoïe Selo est victime de son succès et de la récente ouverture au public de ce fameux Salon, tout juste recréé ... 3 à 4 heures d'attente, pour une visite éclair de cette pièce, avec de plus des touristes américains, payant le prix fort pour passer devant les autres !

Vous l'avez compris, je n'ai pas vu le somptueux Salon d'Ambre, quel regret !
Mais un jour peut-être ...
(souhait réalisé en février 2009, à voir en un clic : Cabinet d'Ambre et Palais Tsarskoïe Selo en hiver )

Un véritable scénario de film, l'histoire de ces panneaux d'ambre. Douze panneaux réalisés pour la décoration d'un château en Prusse qui se retrouvent ensuite dans le Palais d'hiver à St-Pétersbourg. Une décoration si originale et si raffinée que Catherine II fait transférer ces panneaux (à dos de soldats sur 30 km !) pour embellir son palais de Tsarskoïe Selo. A charge de Rastrelli d'aménager un cabinet dans le palais avec ces pièces uniques d'une beauté exceptionnelle, à en faire pâlir de jalousie toutes les familles royales d'Europe. Une quantité impressionnante d'ambre estimée à une tonne qui en fait a nécessité près de 10 t d'ambre brut. Ajoutez une petite touche personnelle de Rastrelli dans la décoration, avec 24 miroirs de Venise et des mosaïques florentines de pierres précieuses. Rien que ça !

L'époque des tsars passée ... accélérons le cours de l'histoire avec la période d'occupation allemande, terrible pour la population mais aussi fatale pour le patrimoine du palais : pillage et disparition des fameux panneaux d'ambre ! On ne retrouvera jamais leur trace, sont-ils au fond d'un lac comme la rumeur le laisse entendre ? Personne ne le sait !

Il faudra attendre l'année 1979 pour que les autorités russes décident de recréer "à l'identique" ce fastueux salon. Un travail minutieux de recherche pour façonner une telle décoration : de la fabrication d'outils pour cet art oublié à l'utilisation de procédés de fixation avec un mastic traditionnel formé de cire ... Vingt ans de travaux et un résultat éblouissant (paraît-il ?).

Un Salon d'Ambre inauguré en grande pompe par le président Poutine fin mai 2003 devant un parterre prestigieux de Chefs d'État venu du monde entier à l'occasion du tricentenaire de St-Pétersbourg.

Peterhof

retour sommaire St-Pétersbourg
retour sommaire général

* PUCHKIN