LE BANIA ou les bienfaits de la chaleur ... à la Russe !

Bania (Réserve de la Lena)


Mais au fait, vous ne savez peut-être pas ce qu'est un bania ou banya ?
Pour certains, c'est un bain de vapeur, pour d'autres un hammam ou bien un sauna ... enfin pour les Russes, c'est encore autre chose. Une sensation unique et incomparable, donc à vivre si l'on veut en parler ...
Alors, allons-y !!

De l'extérieur le bania, cela ressemble en général à une petite isba en rondins de bois situé tout au bord d'un lac.

Poussons la porte d'entrée et nous arrivons dans un sas à l'ambiance déjà chaude, un lieu de transition où l'on se déshabille ... avant d'ouvrir la seconde porte, le bania véritable. C'est là en réalité que l'expérience débute ...

 

 

A l'intérieur du bania


La sensation est toujours la même : une bouffée d'air suffocante vous enveloppe et en seulement quelques secondes vous commencez à vous demander si vous n'allez pas immédiatement sortir de cette étuve ... car déjà le malaise vous guette
Mais non, il faut persister afin de sentir les bienfaits de cette expérience typiquement russe ... qui vous évoque, avouons le, une séance de sauna traditionnel.
Car le décor et le rituel sont finalement identique : des bancs de bois, un poêle à bois brûlant avec des pierres sur lesquelles on verse à l'aide d'une louche de l'eau ... histoire de rendre l'atmosphère encore plus irrespirable ! A disposition, il y a aussi, des rameaux de bouleaux que l'on trempe dans de l'eau, une fois humide il dégage une douce senteur boisée et végétale.
Comme le veut la tradition, il faut ensuite se "frapper" le corps avec ce bouquet de feuilles. Cela stimule la circulation sanguine, active la sudation et permet à la peau d'éliminer ses toxines ...
En tous cas la sensation est on ne peut plus vivifiante et relaxante ...

 

Mais pour qu'une séance de bania procure le maximum de bienfaits, il ne faut pas s'arrêter à seulement une quinzaine de minutes de transpiration près du poêle. Il faut ensuite ressentir la saisissante sensation du contraste thermique en s'aspergeant d'eau froide, un grand bac d'eau fraîche est placé à cet effet à l'intérieur du bania.
Bien entendu, sur les bords du Baïkal, la coutume veut que la séance de bania se conclue par un bain dans le lac ... euh, euh ? Pour aujourd'hui, je vais me contenter de l'eau tiédie mise à disposition à l'intérieur de bania. Cela sera suffisant pour l'expérience, ne franchissons pas toutes les étapes trop vite !

 


Et hop dans le lac après le bania (Peschanaya)

Le troisième bania du voyage se profile à l'horizon, on aperçoit au fond d'une baie proche de Peschanaya, la cabane en bois, un filet de fumée s'en échappe ; il y a également quelques personnes qui en sortant de la séance se dirigent vers les eaux du lac. Tiens. Tiens !

On a beau dire qu'après plusieurs bania, on supporte mieux cette chaleur humide, c'est sans doute vrai mais je reconnais qu'ici, l'expérience a été un peu particulière.
Un poêle chauffé à blanc, un rayonnement thermique suffoquant, des planches qui brûlent sous les pieds .... oh, il devait bien faire plus de 100°C dans cette cabane !
Seule solution, sortir prendre l'air ou s'asperger régulièrement le corps avec de l'eau fraîche, c'est cette seconde solution que j'ai choisi voulant profiter du bania jusqu'au bout ! Mais difficile de se servir de la louche, son manche était lui aussi brûlant, décidément !!
Une chaleur étouffante qui n'appelait donc qu'un peu de fraîcheur, une situation idéale pour terminer la séance à la mode locale ... par un bain dans le Baïkal. Il n'en fallait pas plus pour me décider.
Eh bien croyez moi, je n'ai jamais autant apprécié un bain en eau froide. Une sensation glaciale sur la peau au départ qui s'est vite transformée en une apaisante relaxation !... Bon, une ou deux minutes et en bougeant sans cesse, Faut quand même pas exagérer !
Et dire que certains russes plongent dans le lac par un trou de glace après les bania en hiver ... pas possible, faut être naît ici !

retour sommaire

A la recherche du chaînon manquant ...