PESCHANAYA : Sa baie de sable et sa station balnéaire


Quelques gouttes de pluie ruissellent sur les vitres du bateau alors que nous apercevons le cap qui signale l'entrée de la baie de Peschanaya. C'est un peu dommage car ce lieu est considéré comme un des plus beaux de la côte ouest du Baïkal.
Mais encore une fois, la chance est avec nous : la pluie cesse, les brumes s'évaporent rapidement et de timides rayons de soleil apparaissent, c'est parfait pour commencer la visite.

Cette baie de sable ambré bénéficie d'un microclimat, la température y est souvent assez douce, il n'est donc pas étonnant que ce lieu soit devenu dès l'époque soviétique une station balnéaire à la mode, mais réservée exclusivement aux responsables et aux travailleurs méritants ... c'était comme ça à l'époque !

 

Cette anse en parfait arc de cercle se termine de chaque côté par de superbes pyramides rocheuses, surnommées ici les "cloches". Comme l'une est plus imposante que l'autre, il y a donc la petite et la grosse cloche !
A peine débarqué nous partons découvrir les lieux ... une ambiance qui n'a peut-être pas beaucoup changé depuis l'époque soviétique : les cabanes et les petites résidences, tout en bois, disséminés le long de la plage et dans la forêt paraissent quelques peu vieillotes avec leur peinture bleue claire. Les sanitaires sont communs aux locations, ce n'est pas vraiment le grand luxe.
Il règne ici une
atmosphère un peu désuette mais joyeuse d'un ancien camp de vacances. En fait, le seul changement doit résider dans la catégorie des touristes .... ce camp est maintenant fréquenté par des classes moyennes, la plupart des vacanciers venant de la région d'Irkoustk.
Comme les estivants sont majoritairement russes à Peschanaya, notre présence ne passe pas inaperçue : "
Where do you come from ?" me demande un vacancier curieux. Après ma réponse j'ai droit à un : "Oh! France, Paris, Zidane ..." et il ajoute "Je suis très content de vous rencontrer". Amusant, en voilà un qui parle français ... enfin !
Car finalement c'est la seule phrase qu'il connaisse, apprise par coeur en classe. Bon, l'échange qui s'en suit avec quelques mots d'anglais et des gestes a quand même été sympa.

Baie de PeschanayaLe camp de vacances

Sur le chemin littoral qui domine la plage une peintre vient de poser son chevalet et commence à peintre la baie en y incluant notre bateau qui complète ce joli panorama, assurément un beau tableau.

Ce chemin côtier en s'élevant à travers les pins offre de superbes points de vue sur la baie mais aussi sur l'autre anse que l'on aperçoit juste à côté. Mais un grillage barre le passage et marque le terminus, on ne peut aller plus loin ... cette autre baie étant réservée à une clientèle plus cossue, les bâtiments que l'on voit sont plus modernes et on y accède qu'en bateau (enfin qu'en yatchs !)


Enfants russe et bouriate

Finalement c'est de l'autre côté que nous iront randonner en empruntant un sentier dans la taïga longeant les rochers et le littoral.
Une
autre belle anse de sable se trouve là, l'après-midi s'achève mais quelques enfants russes et bouriates, bien emmitouflés, jouent encore sur le sable.
Le site est naturel et préservé de toute construction ; en lisière de la forêt, on distingue des toiles de tentes, ici les vacanciers font du camping.

 

 


Des pins "sur échasses " !
Il y a de surprenants arbres autour de la baie de Peschnaya, des pins dont les racines sont à l'air libre.
Le vent et le ruissellement ont balayé le sable des dunes donnant cet aspect de racines aériennes. Un enchevêtrement de racines où les enfants aiment grimper.
Sur les collines et les dunes qui dominent la baie on rencontre beaucoup de ces pins "sur échasses" comme les appellent les habitants de la région.

Celui-ci (photo) est sans doute un des plus anciens, il résisterait à toutes ces agressions sans oublier celle du froid sibérien en hiver ... depuis les années 40 et comme il semblait encore très vigoureux, il n'y a pas de raison que cela ne dure encore longtemps !

retour sommaire

 Listvianka : La fin du cabotage